Décryptages

Nouveaux engagements OceansApart : qu’en penser ?

Avis Oceansapart

Tout d’abord, je tiens à souligner le fait qu’une partie de ce qui sera évoqué dans cet article est relatif à mon avis personnel, notamment en ce qui concerne les produits en eux-mêmes. Comme tout, il ne faut pas en faire une généralité, chaque avis est subjectif, et je vous invite à toujours prendre du recul sur ceux-ci, notamment en variant les sources d’information. 

Ceci dit, passons au sujet ! J’ai commandé en mai 2020, il y a donc 10 mois, deux ensembles de sport chez OceansAppart, une marque de vêtements de sport féminins que je venais à peine de connaître et qui surfait (et qui surfe encore d’ailleurs) sur l’écoresponsabilité. Je pense que si vous lisez ces lignes, c’est que vous devez sûrement connaître cette marque, du moins de nom !

De mon côté, cela faisait un petit moment déjà que je faisais attention à mes achats et je commençais à peine à m’intéresser à la mode durable, écoresponsable, éthique… Faisant du sport quasi quotidiennement, je voulais investir dans des articles confortables mais surtout de qualité pour éviter d’investir chaque année dans de nouveaux produits. D’autant plus que les vêtements de sport sont loin d’être les plus écologiques car presque entièrement fabriqués à partir de matières synthétiques. Je tombe donc sur cette marque “écoresponsable” qui propose de supers codes promo, la belle aubaine ! Je me lance !!

Après ces 10 mois d’utilisation, je peux enfin vous donner un avis totalement honnête sur les produits mais également sur l’approche (mensongère à mon sens) de cette GRANDE marque “écoresponsable” qui a revu l’ensemble de ses engagements il y a peu !

Mon avis sur les produits OceansApart...

A réception, je n’ai rien trouvé à redire, mis à part la qualité légèrement hasardeuse des coutures mais j’ai mis ça sur le compte des matières utilisées, peut-être difficiles à coudre… (je ne suis pas experte en couture !!) ainsi que la transparence d’un des ensembles que j’ai choisi de prendre rose pâle… bon ok, j’aurais pu m’en douter mais avec des dessous clairs ça passe ! Et je trouvais même les produits très confortables à l’essayage. C’est lors de mes sessions de sport que tout se corse !

Premier point à souligner : le manque de maintien des brassières ! En effet, du haut de mon petit 85B, je ressens déjà les limites du soutien… Je n’ose pas imaginer si vous faites plus ! Pourtant, sur le site, les deux brassières étaient spécifiées comme proposant un bon maintien et adaptées à toutes… De suite, ils deviennent beaucoup moins confortables !

Second point : la qualité des tissus et des finitions est, selon moi, très médiocre ! Je ne sais pas si c’est propre aux modèles que j’ai choisi mais, dès les premiers lavages, les matières ont commencé à boulocher, à changer de couleurs, les coutures lâchaient par endroit, et un des ensembles a même fini par se déchirer à l’entrejambes… Vraiment très décevant ! Et il faut savoir que je fais très attention à l’entretien de mes affaires afin de pouvoir les garder le plus longtemps possible ! J’ai conscience qu’en lisant ces dernières lignes, on pourrait se poser la question !…

On est donc loin des vêtements durables… Si je compare ces produits à des marques concurrentes tel que Domyos (marque de Decathlon), Oysho ou même H&M, je les positionne bien en dessous… et pourtant les articles de ces enseignes sont bien moins chers !!

Ce constat m’a amené à me questionner sur la marque et leurs méthodes ! Je suis donc retournée sur le site, j’ai relu leurs “engagements” et j’ai mené ma propre petite enquête que je dévoile juste en dessous !

 

Des engagements difficiles à tenir...

N’étant pas la seule à me plaindre de la qualité des produits, OceansApart a donc commencé à poser question… D’autant plus que la marque, dont le maître mot est l’écoresponsabilité, ne fait part d’aucune transparence sur leurs méthodes et leurs lieux de fabrication. S’ils n’avaient rien à cacher, aucune raison de mettre sous silence ce genre d’informations, nous ne sommes pas d’accord ? Des débats ont commencé à germer ici et là, poussant celle-ci à mettre à jour ses engagements. Ont-ils bien fait ? Est-ce réellement des engagements ou simplement des promesses ? Je vous propose de les passer à la loupe !

1. La vibe Californienne

Engagement n° 1 OceansApart : La Vibe californienne

Pour une marque prônant une démarche plutôt écologique, est-il vraiment nécessaire de faire un aller/retour de Berlin à Los Angeles et donc d’utiliser le moyen de transport le plus polluant qui puisse exister pour imaginer de nouveaux modèles ?!… A méditer !

2. Pas de Dropshipping

Engagement n°2 OceansApart : Pas de Dropshipping Je leur laisse le bénéfice du doute sur ce point, je ne peux avancer la preuve du contraire mais ils ne nous donnent pas non plus la preuve de ce qu’ils avancent. Et vous verrez qu’avec ce qui arrive après, il y a de quoi sérieusement se poser la question !

3. Le respect de l'environnement

Engagement n°3 : Le respect de l'environnementOk pour le centre de distribution mais qu’en est-il de ou des usines de fabrication qui sont, accessoirement, les principaux consommateurs de ressources et facteurs de multiples types de pollutions ? Pour rappel, le centre de distribution ne sert qu’à recevoir les produits finis et les expédier vers les clients ou intermédiaires… Et concernant les boîtes d’expédition, oui elles sont peut-être en carton recyclé mais si toute la chaîne de production est “sale”, ce n’est que de la poudre aux yeux… 

4. Les matières

Engagement n°4 OceansApart : Les matièresConcernant le coton bio, si je fais le calcul, sur 129 articles (je ne compte pas les accessoires), seuls 15 articles sont à 95% composés de coton bio et 6 à 35%, ce qui donne 16% d’articles en contenant et seulement 13% de l’ensemble des matières utilisées, sachant que nous ne sommes pas certains que les hoodies et les tee-shirts soient les articles les plus vendus donc les plus produits, ce qui peut encore réduire ce pourcentage…

Et, s’agissant des matières recyclées (je n’ai trouvé que du polyester et non du polyamide), il n’existe que 3 articles en possédant (2 à 80% et 1 à 95%). Même calcul, cela équivaut à 2,3% des articles et 1,9% des matières utilisées. De plus, aucune certification fiable n’est indiquée sur le site, nous permettant de croire qu’il s’agit bien de polyester recyclé… sans oublier que le recyclage du polyester reste une technique très énergivore et polluante, certes moins que sa fabrication mais tout de même !

Autre point que je trouve très important d’aborder : le recyclage de ces produits en eux-même ! Il faut savoir que le mélange des fibres rend le tissu très difficile, voire impossible à recycler. De nombreux articles en parle, en voici un : Industrie de la mode : les effets (très) limités du recyclage des textiles. Or ici, l’intégralité des pièces proposées sont fabriquées à partir de fibres mélangées..

5. Une production responsable

Engagement n°5 OceansApart : Une production responsableAlors là, on rentre dans le sujet qui me contrarie le plus… le coeur du problème ! Surfer sur un “mode de production responsable” mais ne pas “pouvoir” en dire davantage ?? D’autant plus que le code de conduite est la seule partie du site qui n’est pas traduite… Et honnêtement, difficile de croire en ces jolies paroles après cette entrée en matière !!

On ne demande pas aux marques d’être parfaites ! Personnellement, je préfère qu’une marque me dise qu’elle fabrique en Chine en mentionnant l’atelier en question, un atelier qui montre ses efforts au niveau de son impact environnemental et sociétal, les limites qu’ils peuvent rencontrer, etc. plutôt qu’elle ne fasse preuve d’aucune transparence tout en prônant haut et fort ces engagements !! 

Autre chose qui a toute son importance : leur marketing est basé sur la promotion continue à travers des codes promotionnels, communiqués à outrance via notamment les réseaux sociaux. Ce système pousse à l’achat immédiat puisque ces codes ont une durée de validité (même si de nouveaux sortent par la suite). Les consommateurs pensent faire une bonne affaire ! Ce système va à l’encontre même du principe de la production responsable puisqu’il engendre une production outrancière. En terme général, méfiez vous des promotions si vous vous tournez vers ce nouveau mode de consommation : promotions = surproduction !!

6. Pas de Greenwashing

Engagement n°6 OceansApart : Pas de GreenwashingSuite à l’analyse ci-dessus, j’en doute… aucune preuve n’est avancée pour prouver ce qui est dit par la marque et leur manière de communiquer et de vendre nous offre plutôt des preuves du contraire ! Sans oublier qu’environ 87% des produits (et je suis gentille car, comme je vous l’ai dit plus haut, nous ne connaissons pas les volumes de production de chacun des articles) sont fabriqués à partir de fibres dérivés du plastique (polyamide, élasthanne…) donc du pétroleque ces mêmes produits sont peu ou pas recyclables, sans parler de l’impact désastreux de la production de ces matières sur l’environnement… 

7. Eco-responsabilité

Engagement n°7 OceansApart : Éco-responsabilitéCette personne a donc beaucoup de travail devant elle. Le chemin semble encore long pour mettre en application ces jolies promesses ! Oui car, selon moi, ce sont des promesses et non des engagements pour le moment… 

Le plus gros souci reste le manque de transparence qui ne nous permet pas de croire à l’ensemble des faits annoncés. Comment croire la marque alors qu’elle nous annonce ouvertement qu’elle ne peut pas nous dire où sont fabriqués ses produits ? Dans la vente de produits matériels, la fabrication est le coeur de l’activité ! Or ici, tout est flou sur ce qui représente la quasi-totalité de celle d’OceansApart…

8. Que se passe-t-il après ?

Engagement n°8 OceansApart : Que se passe-t-il après ?@OceansApart, nous, on souhaite que vous nous ouvriez les portes de vos usines de production ! Parce que les locaux tout beaux, tout roses, où vous traitez vos commandes, votre SAV, votre communication, etc., on s’en fiche ! Nous, ce que nous voulons, c’est enfin un peu plus de lumière sur les méthodes et les lieux de production ! Ensuite, nous pourrons croire (ou non) en vos beaux engagements ! Qu’en dites vous ?

Le mot de la fin...

Pour résumé, je me retrouve avec des articles immettables et non recyclables, issus d’une production de masse, sûrement très sale … Je peux dire aujourd’hui que je me suis bien faite avoir mais j’en retire une belle leçon : à l’avenir, j’irai creuser un peu plus ! Grâce à cette petite enquête, j’ai ajouté quelques pages à mon petit recueil de connaissances sur la démarche écoresponsable, ce qui me permettra d’être plus vigilante la prochaine fois !

J’espère que cette analyse vous aidera aussi à être plus méfiant envers les beaux discours des marques… Je trouve ça tout de même affligeant que ce soit aux consommateurs de creuser pour savoir si ce qui est dit est vrai ou faux. Je pense que la réglementation qui encadre le domaine du textile manque encore cruellement de précisions sur un bon nombre de points et que les contrôles se font encore trop rares !

Cet article suscite chez vous quelques interrogations ? Vous possédez des contre-arguments ? Vous avez d’autres marques en tête dont la démarche vous semble floue ?Faites-m’en part en commentaires ! Je prendrai plaisir à vous répondre 😉

A très vite !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.